4. Les stockages de la défense en Polynésie

Entre 1966 et 1996, la France a procédé à des expérimentations nucléaires sur le Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP), implanté sur les atolls de Mururoa et Fangataufa dans le Pacifique sud, sur le territoire de la Polynésie française.
Ces essais nucléaires ont d’abord été effectués dans l’atmosphère (1966-1974), puis en souterrain, dans des puits forés verticalement dans les roches de la couronne corallienne (1975-1987) ou sous les lagons (1981-1996).

Les déchets produits par ces expérimentations et le démantèlement des installations associées ont été stockés sur place dans des puits ou immergés dans les eaux territoriales françaises.

Les déchets stockés in situ dans le cadre de ces opérations sont présentés dans l’inventaire géographique (Outre-mer). Lors de l’arrêt définitif des essais nucléaires français dans le Pacifique en 1996, la France a demandé à l’AIEA de réaliser une expertise radiologique des sites d’expérimentation de Mururoa, Fangataufa et des zones proches de ces sites. C’est cette expertise qui constitue la situation de référence des niveaux d’activité dans l’environnement de ces deux atolls.

Bien que les experts de l’AIEA aient conclu qu’il n’était pas nécessaire de continuer la surveillance radiologique des atolls de Mururoa et d’Hao, il a été décidé de maintenir un programme de surveillance afin de détecter en particulier d’éventuels relargages des radionucléides à partir des cavités et des sédiments des lagons.

Cette surveillance concerne l’environnement des deux atolls et se compose de deux volets :

  • un suivi en continu des aérosols atmosphériques et de la dose intégrée ;
     
  • une campagne annuelle de prélèvement d’échantillons.

Chapitre suivant