SNR : non renouvellement du parc électronucléaire

Ce scénario suppose le non-renouvellement du parc existant, entraînant l’arrêt immédiat du nucléaire.

Les hypothèses structurantes retenues pour ce scénario sont :

  • l’arrêt de la production électronucléaire ;
  • une durée de fonctionnement des 58 réacteurs REP de 40 ans et de 60 ans pour l’EPRTM de Flamanville ;
  • un arrêt anticipé du retraitement des combustibles usés UNE afi n de ne pas détenir de plutonium séparé. Les combustibles MOX et URE usés ne sont pas retraités.

 

Estimation des quantités de déchets radioactifs et de matières radioactives pouvant être requalifiées en déchets à terminaison (m3)


Déchets radioactifs à terminaison en m3
HA 4 200
MA-VL 61 000
FA-VL 190 000
FMA-VC 1 800 000
TFA 2 100 000

Matières radioactives pouvant être requalifiées en déchets à terminaison en tML Quantité en tML
Uranium naturel Uranium naturel extrait de la mine, sous toutes ses formes physico-chimiques* 17
Uranium naturel Uranium naturel enrichi, sous toutes ses formes physico-chimiques* 7
Uranium naturel Uranium appauvri, sous toutes ses formes physico-chimiques** 400 000
Uranium issu du retraitement des combustibles usés Uranium issu du retraitement des combustibles usés, sous toutes ses formes physico-chimiques** 34 000
Combustible à base d’oxyde d’uranium des réacteurs électronucléaires (UNE, URE) Combustibles usés 25 000
Combustible à base d’oxyde mixte d’uranium et de plutonium des réacteurs électronucléaires (MOX, RNR) Combustibles usés 3 300
Combustible à base d’oxyde mixte d’uranium et de plutonium des réacteurs électronucléaires (MOX, RNR) Rebuts de combustibles non irradiés 290
Combustibles des réacteurs de recherche Autres combustibles usés civils 54
Plutonium séparé non irradié, sous toutes ses formes physico-chimiques* 2
Autres matières 70

Ces matières sont éventuellement valorisables, dans le parc actuel, avant son arrêt.

** Ces matières sont éventuellement valorisables en France où à l'étranger.

A terminaison certaines matières ne sont plus valorisables, elles peuvent alors être requalifi ées en déchets radioactifs et faire l’objet d’un stockage. Les combustibles UNE résiduels non retraités au terme de la durée de fonctionnement des réacteurs ainsi que les combustibles URE et MOX non retraités sont considérés comme des déchets et supposés stockés en l’état.